Bienvenue

NC-16
RPG Gangster - Futuriste
Avatars manga/illustrations
Minimum 10 lignes rp

Période de Jeu

Nous sommes au mois de juillet.
C'est actuellement l'été et la température est d'à peu près 35 C°.

Effectifs

Nous avons 12 hommes et 5 femmes. 9 dissidents se cachent parmi eux.
Clan O'Neil x 2 membres
Clan Lee x 3 membre(s)
Clan Sergeï x 3 membres
C.C.P.D x 2 membre(s)
Civils x 7 membres

En cours

Intrigue n°1 : Disparitions inquiétantes

News

12/02/2017 : Création du projet Cyber City
07/05/2018 : Ouverture du forum !
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

La roue du destin (PV Dimitri A. Sergeï TERMINER

 :: Sato's Pleasure Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 26/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 2
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso4
Comp. Dissident5

Comp. Perso: Maîtrise soin
Comp. Dissident: Vision
Je grimace en me redressant, les ténèbres laissant place à la lumière tamisée de la chambre. Aïe... Lentement, je passe la main dans mes cheveux, mes doigts rencontrant une légère bosse sur mon crâne. Si au début je me sens soulagé que cette blessure soit cachée sous mes cheveux blanc, c'est très vite balayé par l'angoisse qui m'assiège aussitôt. Mes doigts quittent ma chevelure pour se perdre sur mon cou et n'y trouver que de la peau alors que mon regard apeuré s'envole vers la porte entrouverte.

Et merde, merde, merde ! Il va me tuer !

Je me relevai en vitesse, accourant vers la sortie quand je m'arrête finalement pour changer de direction et attraper au vol le tiroir de la commode. Je fouille à l'arrache, jetant la moitié des affaires par terre avant de trouver ce que je souhaite. Mon cou dénudé se retrouve alors caché par un foulard de soie blanc et un regard dans le miroir me rassure sur ce que je cherche à dissimuler avant de m'apercevoir qu'il n'y a pas que mon cou que je devrais habiller. Rapidement, comme si j'avais le diable aux trousses, je rajoute un caleçon, un jeans et une chemise que je ne boutonne même pas et pieds nue, je file à travers le couloir.

Il faut que je le retrouve... absolument...

Des bijoux et des cadeaux de clients, j'en ai parfois, mais le sien, il est sacré. Depuis qu'il me l'a offert, jamais le pendentif n'a quitté mon cou. C'est vrai, je l'admets maintenant que j'y pense, que c'est le seul dont je prends soin mais qui ne le ferait pas ?! Refuser ou ignorer le présent du patron de votre patron, ne serait-ce pas suicidaire ? Et puis, Dimitri n'est pas du genre à en faire souvent... non ?

Mais c'est vrai, j'ai été idiot, j'aurais dû penser aux conséquences... J'aurais dû savoir que certains s'en apercevrait, comme Mr Levallois. J'aurais dû me montrer plus sensibles, plus compréhensible. J'aurais dû prévoir que de voir ce joyaux tout le temps à mon cou et l'absence de ses propres cadeaux allait finir par le blesser... et l'énerver. Mais de là à prévoir qu'il me l'arrache du cou, aurais-je pu ? Qu'est-ce que je me sens idiot, encore plus en me rappelant qu'en essayant de le récupérer, j'ai chuté et suis tomber dans les pommes comme un enfant. Que je regrette de ne pas être plus fort ni plus intelligent...

Ce n'est pas vers le hall que je me dirige, ni vers la sortie ou le bureau de mon patron pour une plainte, non, je vise le bureau de la sécurité. Avec les vidéos de surveillance, j'aurais sans doute une chance de voir s'il l'a gardé où jeter ! Même si je dois fouiller les poubelles, tant pis, mais je dois absolument le retrouver !

Malheureusement, le destin semble contre moi. Je me stoppe net dans ma course, arrêtant mes pas à quelques centimètres de deux hommes qui discutent en sortant de la pièce. Si je ne suis pas spécialement inquiet de voir le chef de la sécurité, mon cœur saute un battement en reconnaissant en l'autre homme Dimitri Sergeï et son costume comme toujours impeccable. Je crois que je suis aussi heureux qu'inquiet de le voir vu les circonstances, surtout vu la tenue que j'arbore sur le coup.  

"Bon.... soir..."

Je me sens encore plus idiot.... Bon sang, il faut absolument que je trouve une excuse pour éviter Dimitri le temps de retrouver le pendentif. D'un côté, s'il ne m'a pas fait appeler, c'est peut-être qu'il n'a pas de temps se soir ? Oh, Destinée, fait que ce soit le cas... Fait qu'il soit surbooké, qu'il fasse qu'un salut et qu'il s'en aille!
Lun 28 Mai - 16:11
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Date d'inscription : 13/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 4
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso5
Comp. Dissident//

Comp. Perso: Intimidation
Comp. Dissident:

Dimitri avait apprit que quelques soucis de sécurité avait été mit à jour depuis peu dans son Night Club, alors il avait du aller y faire un tour pour voir de quoi il en retournait. S'occupant personnellement de ce genre de problèmes lorsqu'il le pouvait. Après une longue discussion avec le gérant, il se trouvait que ce n'était que l'histoire d'une bagarre qui avait éclaté et dont les videurs avaient du se mêler. Rien de bien important en soit, cela arrivait tout le temps ce genre de choses. Même s'il n'aimait pas spécialement voir des hommes se comporter comme des sauvages dans ses établissements. Il était resté boire un verre le temps de la discussion, portant un costume impeccable comme toujours.

En ressortant, il repassa son long manteau et son chapeau sur le haut de sa tête. Jetant un coup d'oeil à l'heure, il se dit qu'il avait bien le temps de passer faire une vérification au Sato's Pleasure et même qu'il pourrait faire appeler Destian afin de le voir. Ca faisait déjà plusieurs jours qu'il n'était pas venu demander sa compagnie. Une fois sur place, il se présenta en retirant son chapeau et se rendit de lui même dans la salle de sécurité. Ce ne fut pas très long, le temps de checker les caméras et de parler avec l'un de ses hommes chargés de tout surveiller ici. Cet endroit avait son importance pour lui et il prenait soin autant de l'établissement que de chaque personnes présentes et qui lui rapportait un peu plus d'argent chaque jours. Lui même aimait venir à se changer les idées dans les draps d'une chambre.

Sa surprise fut grande de voir Destian s'arrêter net devant eux dans le couloir, même s'il n'en montra rien. Et puis sa tenue... Retirant son manteau, il vint le poser sur les épaules du jeune homme avec un regard réprobateur, montrant bien que ça ne lui plaisait pas de le voir ainsi. Remerciant le chef de la sécurité d'une poignée de main, il s'approcha et attrapa le jeune homme par la taille pour le porter sur son épaule et le mener vers sa chambre. Une fois arrivé à destination, il le posa sur le lit sans réelle douceur, mais sans être trop brusque tout de même. Refermant la porte dans un claquement avant de se tourner de nouveau vers lui et de lancer un peu froidement.

-A moitié nu et en pleine course dans le couloir, tu cherches à te faire remarquer ?

Dimitri avise les vêtements éparpillés sur le sol et s'approche alors pour récupérer l'un d'eux. Un kimono de soie qu'il lui avait lui même offert. Ses lèvres se pincèrent de mécontentement en voyant ces morceaux de tissus éparpillés et il attendait clairement une explication à tout cela. Il ne laisserait pas passer ce genre de choses avec une simple excuse. L'homme voulait savoir et il saurait.

_________________
Sam 2 Juin - 11:51
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 26/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 2
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso4
Comp. Dissident5

Comp. Perso: Maîtrise soin
Comp. Dissident: Vision
Un frison me parcourut le corps, hérissant le moindre poil décoloré que je possédais. J'avais l'impression que son regard me transperçait et pourtant, j'eus pour seul reflexe celui de tirer les pans de son manteau pour mieux m'emmitoufler dedans. Peut-être se simple geste me permettrait-il de disparaître de sa vue ? Mon regard, lui en tout cas, ne le quittait pas et alors que je cherchais milles et une excuse, je le senti me soulever avant de me déposer sur son épaule tel un sac à patate. De derrière, je lançais un regard suppliant d'aide au chef de la sécurité. Il ne fit qu'un haussement d'épaule avant de disparaître dans la pièce alors que j'étais moi-même embarqué dans le couloir jusqu'à ma chambre.

Ma chambre, véritable désordre. Pas étonnant vu comment je l'avais quitté à la va-vite. Alors que j'ouvris la bouche pour expliquer – je ne sais encore comment – ce foutoir, mon corps fut déposé sur le lit et mon supérieur s'écarta de moi. Il referma d'un claquement ma porte.

- A moitié nu et en pleine course dans le couloir, tu cherches à te faire remarquer ?


A moitié nu ?! Hey, j'avais une chemise, un foulard et un pantalon quand même ! Et un manteau maintenant que je resserrais autours de moi tout en me redressant assis. Pour sa part, Dimitri avait ramassé l'un des vêtements à terre, un kimono de soie faisant parti des cadeaux qu'il m'avait offert. Déjà qu'il allait me croire irresponsable d'avoir perdu son collier, nul doute que maintenant il va croire que je ne prends pas soin de chacun de ses cadeaux. Baissant les yeux vers le sol, je répondais de petite voix, un peu, il est vrai, comment un enfant qui se fait gronder.

-Non...


Un non devrait suffire, en plus d'un désolé pour le bazar ? Peut-être pour quelqu'un d'autre mais pour Dimitri, j'avais un gros doute là-dessus. Je le connaissais assez bien pour savoir qu'il aller pas lâcher l'affaire tout comme il me connaissait assez bien pour savoir que ce n'est pas dans mes habitudes de laisser trainer mes vêtements ou de courir en tenue négliger dans les couloirs. Lui dire la vérité ? Surement pas ! Je n'aimais pas l'idée de lui mentir mais j'aimais encore moins celle de le décevoir.

-J'ai.... Vu une araignée, j'ai paniqué.


Plein de gens ont peur des bestioles, ça devrait passer non ?... Je devrais peut-être en rajouter un peu plus. Gardant son manteau sur mes épaules, je me relevais hors de lit pour ramasser le reste. Une façon de continuer mon mensonge sans le regarder dans les yeux.

-Pas une petite hein, une immense, de la taille d'une pastèque et toute noire et toute velue ! Mais voilà elle a l'air d'être partie alors c'est bon !

Je venais alors récupérer aussi le kimono avant de lui sourire.

-Tu as soif ? Faim ? Je peux aller chercher quelques choses à grignoter !


Ou plutôt tenter de retrouver mon collier en mode incognito...
Dim 3 Juin - 14:32
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Date d'inscription : 13/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 4
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso5
Comp. Dissident//

Comp. Perso: Intimidation
Comp. Dissident:
Leur regards ne se croisent pas, ce qui a le don d'énerver Dimitri lorsque Destian esquive ainsi ses yeux. Ce jeune homme avait interdiction de le trahir et le mensonge était en soit comme une trahison, de son avis en tout cas. Pourtant, il savait dans le fond qu'il serait prêt à lui pardonner beaucoup de choses. Tant que cela ne rentrait pas en compte de son clan.

Non ? C'est tout ce qu'il trouvait à répondre ? Non. Et bien, c'était raté ! Parce qu'il s'était clairement fait remarquer et pas seulement par le chef Sergeï, c'était une certitude. Tellement de clients passaient par ce couloir qu'ils avaient du bien jeter un oeil sur Destian. Il avait ramassé un kimono en faisant quelques pas dans la chambre, cherchant le calme pour ne pas s'emporter contre le jeune homme. Dans le fond, ce n'était pas quelqu'un de vraiment violent Dimitri, la plupart du temps. Il savait gérer ses émotions bien mieux que la plupart des personnes. Mais, il se stoppa en l'entendant sortir ce qui ressemblait presque à une excuse.

-Une araignée..


Ses doigts se resserrent sur le vêtement de soie en entendant la suite. Son visage se ferme, son regard se fait glacial et ses dents se serrent un moment. Destian évitait toujours son regard, ce qui prouvait bien que ce n'était qu'un mensonge en plus de l'incohérence totale sur la taille de cette dite araignée. Alors, lorsque le garçon arrive devant lui et lui sert un sourire, il craque. L'attrapant par un pan de son propre manteau, sans lâcher le kimono de l'autre main, il le rapproche un peu plus de lui.

-Me prend tu pour un idiot ? Me mentir aussi ouvertement semble bien facile pour toi ! Je t'ai certainement un peu trop donné. Alors maintenant, tu vas me dire immédiatement ce que tu me caches !

Sa voix s'était élevée un peu plus fort, son ton était froid et sans appel. Il voulait la vérité. Immédiatement. Pas de place pour un nouveau mensonge, c'était hors de question. Dimitri ne prenait même pas la peine de répondre à sa dernière phrase sortit. Bien sur que non, il n'avait ni faim ni soif à cet instant. Sa poigne était ferme et sévère sur le col du manteau. Pourtant, Destian pourrait très bien s'en échapper s'il retirait ce vêtement trop grand pour lui.

Certainement qu'on avait du l'entendre de l'autre côté de la porte, mais personne ne viendrait les déranger. Le chef de la sécurité avait du prévenir de sa présence dans la chambre du jeune homme et s'il avait d'autres demandes, elles seraient alors décalées ou annulées. Mais oui.. Ce bordel dans la chambre était peut être du à un client un peu violent ? Ce n'était pas rare de voir des marques sur le corps de son favoris ou d'autres ici d'ailleurs. Mais alors, pourquoi essayerait il de lui cacher si c'était cela ? Ah ! Ca commençait à lui prendre la tête et ses sourcils froncés le montraient bien.

_________________
Dim 3 Juin - 14:56
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 26/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 2
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso4
Comp. Dissident5

Comp. Perso: Maîtrise soin
Comp. Dissident: Vision
C'était à prévoir. Mon excuse ne marcha pas aussi bien que ça, pour ne pas dire pas du tout en fait...

Vivement, sa poigne agrippa le col du manteau pour me rapprocher de lui. Son regard glacé était si proche de ma peau que j'eus l'étrange impression d'avoir plongé dans un sceau d'eau remplis de glaçon. Voir même toute une baignoire. Par réflexe, je relâchais les vêtements qui tombèrent à nos pieds, mes fines mains venant agripper son poignet. Un poignet puissant pour une large main ferme. Une main qui à certains moments peuvent te donner bien du plaisir et à d'autre... Bien des souffrances.  

Vu qu'il agrippait le vêtement, je pouvais très bien fuir seulement en l'enlevant mais cela serait-il la véritable solution ? J'avais plutôt l'impression que c'est le genre d'action qui ferrait empirer la situation. Je n'avais pas envie que ce soit le cas. Je n'aimais déjà pas le voir si énervé, loin des légers sourires au coin que j'avais parfois au coin du lit ou même ailleurs. Comme à chaque fois que j'hésite, je tournais le regard vers le côté droit tout en me mordillant un instant les lèvres. Bon, okey, j'allais lui dire la vérité, mais avant.... avant.... il me fallait quelques garantis ! Reposant mon regard sur lui, je pris une profonde inspiration et, tel un avocat, sortie toutes mes conditions d'un trait, posant un doigts sur ses lèvres pour lui demander de ne pas m’interrompre :

"-Très bien. Je vais tout te dire mais avant je souhaiterais, si tu le permets, que tu me laisse ranger. Le désordre provoque des tensions et ce n'est pas bon pour discuter. Ensuite je sais que j'ai des tords dans ce qu'il s'est passé, que j'aurais pu le prévoir sans doute mais j'ai vraiment essayé de le récupérer même si cela n'a fait que du tords vu que j'ai fini par terre. J'avoue que si j'étais un peu plus fort sans doute j'aurais pu faire mieux mais je ne peux pas être non plus trop sportif, déjà parce que je veux pas me battre moi, mais aussi parce que ça m'irait pas les muscles. Tu verrais serrer un musclor dans tes bras ? Et puis, je vais le retrouver, je suis sûr qu'il a dû le jeter et s'il l'a pas jeté, je vais lui parler et le récupérer. Il est juste un peu sensible en ce moment et il faut le comprendre, il n'a pas beaucoup d'amis, peu de famille, trop de boulots... Et il s'attache un peu trop vite et même s'il est parfois un peu impulsif ça reste quelqu'un de sympa. Mais je peux comprendre quand même que ça te fâche, pire encore, que ça te déçoit alors... Si tu souhaites me punir... Je l'accepterais... Peu importe la manière... "

Si au début de mon discourt, ma prise d'air m'avait permis d'avoir l'air sur de moi, plus je parlais et plus mon assurance s'étiolé pour finir par disparaître. En y pensant, quel serait ma punition ? Plus de visite ? Plus câlin ? Plus de droits de travailler ici ? … Me retrouver les yeux arrachés ou une balle dans le ventre ?

Après tout, Dimitri n'est pas n'importe qui. J'entends parfois des rumeurs disant qu'il a fait tuer quelqu'un, disparaître un autre. Il reste un chef de clan. Quelqu'un de "dangereux". Même si personnellement je ne l'ai jamais vu faire quelque chose de répréhensible, je sais très bien qu'il ne s'agit pas d'un ange. Je crois que c'est moi qui finirais déçus s'il me frappait non ? Une déception pour une déception, ne serait-ce pourtant pas juste ? D'ailleurs alors que j'y pensais, mon regard s'éclipsa sur le côté pour voir, dans un coin de la pièce, une riquiqui araignée qui s'éclipse en mode ninja. Ba tient, je n'avais pas tant menti que ça...
Dim 3 Juin - 17:21
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Date d'inscription : 13/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 4
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso5
Comp. Dissident//

Comp. Perso: Intimidation
Comp. Dissident:
Dimitri avait envie de le brusquer, le secouer, le faire réagir et surtout qu'il ramène ses yeux vers lui. Mais les mains de Destian sur son poignet semblèrent le ramener devant la réalité des choses. Le jeune homme ne supporterait assurément pas une colère trop vive. Et puis, certainement qu'après, il se refuserait à lui par crainte. Alors il se contrôla, prit sur lui et desserra lentement ses doigts autour de son propre manteau. Le repoussant un peu pour s'écarter lui même et aller s'installer sur le lit. Ecoutant simplement en tentant de garder la tête froide. Pourtant, une chose le fit tiquer dans toutes les paroles déversées. Essayer de le récupérer ? Il a du le jeter ? Il s'attache un peu trop vite ? Un client ! Putain une histoire de client !

L'homme se relève alors et dégage brusquement le manteau des épaules de Destian. Puis, il tire sur son écharpe. Plus là. Son cou était nu de ce bijou offert par Dimitri lui même. Alors c'était ça. C'était pour ça le mensonge, la course, la peur ! Un client lui avait volé ce bijou par jalousie ! Il aurait du s'en douter dans un sens, mais il ne pensait pas que ça arriverait si vite. Dans son esprit, Destian finirait par le rejoindre et quitterait donc ce bordel. C'était plutôt clair pour lui, les propositions qu'il lui faisait parfois lorsqu'ils profitaient du moment post orgasmique n'étaient pas des paroles dans le vent.

-Son nom. Tout de suite.

Sa voix grondait dans sa gorge et son regard semblait plus brulant de rage que de l'acier en fusion. Cet homme allait payer pour avoir osé ce geste. Certes, d'aucuns diront que ce n'est qu'un simple bijou. Mais, c'était totalement faux et cela, seul Dimitri le savait. Celui de son frère autant que celui de Destian, ils avaient une significations particulière. Qu'il tairait bien entendu et n'avait même pas donné aux concernés. L'un prenait ça comme un simple cadeau d'amour fraternel et l'autre comme le présent d'un chef qui s'intéresse un peu trop à lui. Pas de véritable amour dedans bien entendu, un sentiment de possessivité peut être. Enfin, il n'avait pas le temps de s'arrêter là dessus pour l'instant. Ouvrant grand la porte, il lança d'une voix forte dans le couloir pour que toutes les personnes présentes entendent.

-Je veux que tout les clients sortent immédiatement et que Ryan vérifie immédiatement les caméras ! J'ai un homme à retrouver.

Le regard qu'il posa alors sur Destian était emprunt de déception. Se faire ainsi voler. Mais aussi de cette colère qui prenait place dans le creux de son ventre. Bien entendu, il ne lui ferait pas de mal, parce que dans le fond il le savait bien que ce n'était pas tout à fait la faute du jeune homme. Alors, il trouverait autre chose. Ce collier, même s'il le récupérait, il ne lui rendrait pas.

_________________
Dim 3 Juin - 21:26
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 26/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 2
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso4
Comp. Dissident5

Comp. Perso: Maîtrise soin
Comp. Dissident: Vision
Si Dimitri sembla se calmer un moment, à s'éloigner pour se poser sur le lit, ce ne fut que le calme avant une tempête encore plus grande. Quand ils e releva – bien trop vite à mon goût - ce fut pour m'enlever son manteau et mon foulard. Mes doigts ne firent qu'effleurer le tissu qui s'éloigna vivement comme une bête devant un feu de forêt, dévoilant ainsi mon cou dénuder.

Il me demanda son nom. Tout de suite. D'une voix grondante comme le tonner. Remontant ma main sur la peau que le pendentif avait si souvent caresser, j'ouvris la bouche sans pour autant en sortir un son. Si je lui disais, qu'allait-il faire...?

Rien... de bien, ça, je le ressentais. Dimitri d'ailleurs s'était avancé vers la porte qu'il avait ouverte alors pour donner ses ordres. En d'autre circonstance, j'aurais été admiratifs de cette puissance, cet aura qu'il dégage ainsi, quand il veut quelque chose, mais dans mon rôle de fautif, dans ce rôle de coupable, je le voyais surtout énervé. Enervé et déçus. Je pense que finir avec une balle dans le ventre ou encore les yeux arrachés, en fait, m'aurait fait bien moins mal que ses yeux là.

J'en retenais mes larmes aux yeux. D'ailleurs, pourquoi je devrais me sentir si mal ? Ce n'était que mon patron non ? Ce n'était pas comme s'il y avait des sentiments. Quand il m'avait offert lui-même ce collier, il l'avait si bien précisé... Il pouvait y avoir attirance, sympathie, mais pas d'amour. Qui pouvait d'ailleurs prétendre un jour à l'épouser ? Il faudrait sans doute une femme ou un homme hors du commun, bourré de fric, avec une classe magnifique, un charisme certains et son doute un gang aussi.

Mais amour ou non, patron ou pas, ce pendentif, il m'avait été offert. Sa perte, c'était mon erreur.

Le rejoignant à la porte, je refermais celle-ci devant nous avant de me retourner vers lui.

"Je ne veux pas que vous vous en occupiez. C'est MON collier. C'est à moi... De le retrouver."


Il n'avait pas besoin de le dire pour que je sache à quel point, oui, il devait me trouver faible alors. Et dire qu'il me sort parfois qu'il a envie que je le rejoigne dans le clan Sergeï... Moi, quelqu'un sans force et qui déteste la violence, moi dont le seul atout reste mes charmes, moi qui me fait voler un pendentif auquel je tiens et qui ne sais même pas le cacher. Ah, les gens réfléchissent si peu à leurs paroles une fois rassasier... Et quel idiot je suis, parfois, d'y penser. Là c'est sûr, il risque plus de me le proposer, voir de plus me voir du tout. S'il pouvait tout de même comprendre que ce collier, je souhaitais le retrouver et le garder...

"J'y tiens, c'est votre cadeau.... "

Tient, j'y pensais que maintenant, mais j'avais repris le vouvoiement. De toute façon, on ne tutoie pas ceux qu'on déçoit non ? Ni ses supérieurs. En quelques minutes je venais de passer de favori à.... je ne sais pas trop quoi. Mais c'était peut-être mieux ainsi. Même si je ne suis peut-être qu'un favori pour lui, moi, je l'aime bien alors c'est peut-être mieux de changer de travail que de le voir déçus ou se trouver un autre privilégier.... Un autre favori qui ne se ferait pas voler...
Dim 3 Juin - 22:02
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Date d'inscription : 13/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 4
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso5
Comp. Dissident//

Comp. Perso: Intimidation
Comp. Dissident:
Sa colère était froide, brusque, violente. Quiconque aurait osé se mettre en travers de sa route, de ses ordres, l'aurait certainement payé cher. C'était peut être un moment de naïveté qui avait alors poussé Destian à s'opposer à lui. Bien sur, il avait remarqué ses yeux mouillés, comme prêt à pleurer à n'importe quel moment. Et sur le coup, le vouvoiement ne l'avait pas choqué puisque ses hommes lui servait du ''vous''.

Non, c'est cette porte qui se refermait juste sous son nez qui l'agaça d'autant plus. Venant alors dans un geste instinctif et un peu brutal presser une main contre la gorge de Destian. Son regard flamboyant de cette colère presque déraisonnable qui l'habitait. Ne serrant pas tout à fait sa prise, pas assez en tout cas pour l'empêcher de parler.

-Ce n'est désormais plus TON collier. Ce bijou m'a toujours appartenu, tout comme toi.

Il plissa un peu les yeux à sa seconde remarque. Si le jeune homme y tenait tellement, il aurait certainement fait plus attention encore pour ne pas se le faire voler. C'était assurément un cadeau, mais pas si précieux semblerait il. Pourtant, sans répondre, il se pencha pour venir écraser ses lèvres à celles de Destian. Ses doigts se crispant un peu sur sa gorge, rendant sa respiration difficile autant par le baiser envahissant que par cette main qui chassait l'air. Il ne mit fin à ce baiser rageur que de justesse. Le relâchant alors sans douceur, tant pis s'il devait en tomber au sol.

S'écartant d'un pas, il sortit son paquet de cigarettes de sa poche pour en coincer une entre ses lèvres et l'alluma de son zippo où était gravé un aigle. Le fixant un long moment en silence. Tirant sur sa cancérette, soufflant sa fumée et laissant la cendre tomber contre le sol. Dimitri cherchait à apaiser sa colère, calmer cette rage qui lui ferait commettre l'irréparable. Et si Destian avait un semblant de jugeote, alors il ne bougerait pas de là quelques minutes. Mais, il ne pouvait prévoir sa réaction, ni même s'il partirait de la chambre pour le fuir. Ou partir à la recherche de son collier.

Sa cigarette fut broyée entre ses doigts, le tabac non consumé s'écrasant aux côtés des premières cendres, le filtre finissant dans la paume du chef. Il jura en Russe, lançant son poing contre le mur. Ca ne devrait pas le mettre autant en colère normalement. Habituellement, il arrive à garder son calme. Alors pourquoi, lorsque cela concernait Destian c'était comme si cela concernait Aldrin. Il s'emportait.

-Bien. C'est toi qui va retrouver cet homme et le collier. Mais je veux récupérer autant l'un que l'autre. Cette nuit Destian, je veux que tu sois ma main droite. Si tu me les ramène tout les deux, je te pardonnerais.


Paroles de clémence alors même qu'il offrait là une chance de lui montrer ce qu'il valait. Il se pencha pour récupérer son manteau et sortit de la chambre. Toisant les clients qu'il croisait dans le couloir alors que le chef de la sécurité attendait près de la porte, ne sachant trop ce qu'il devait faire. Tout deux entrèrent donc dans la pièce des caméras et il s'alluma une seconde cigarette, avec l'espoir de la fumer celle là.

_________________
Dim 3 Juin - 22:19
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 26/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 2
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso4
Comp. Dissident5

Comp. Perso: Maîtrise soin
Comp. Dissident: Vision
Vif, rapide, puissant. Ce sont des termes qui confirment si bien Dimitri. Encore plus, finalement, quand on sent sa poigne vous couper le souffle. Mon cœur battit encore plus vite alors que mes poumons cherchaient le moindre souffle d'oxygène alors que ses mots me lacéraient la chaire comme autant de coups de fouet. Je ne sentis aucune chaleur d'ailleurs dans le baiser qui suivit, seulement une pression de plus qui m'empêchait de respirer. Un moment que j'aimais autrefois mais qui m'angoissait à cet instant.

Quand il me relâcha, j'en tombais à genoux avant de me mettre à tousser, ma peau blanche restant marqué de rougeur là où il m'avait enserré. Je n'osais pas relever la tête, gardant les yeux clos alors que je reprenais à grande gorgée l'air qu'il m'avait réprimé. Je ne le vis pas bouger mais j'entendis clairement le coup contre le mur qui me fit sursauter. Depuis quand est-ce que je sursaute ainsi face à lui ? Depuis quand je crains ses gestes ? Qu'il soit en colère, je le comprends mais à ce point...

La suite de ses paroles.... Elles raisonnèrent en moi alors que finalement j'ouvris les yeux pour les reposer sur lui. Était-ce plutôt surpris ou choqué ? Les deux ? Ramener le collier, je comprenais, mais Mr Levallois... Qu'allait-il... Non, que comptait-il lui faire ? Rien de bien... Surtout fâché comme il l'était encore.

Par chance, si l'on peut dire ainsi, je n'eus pas à donner de réponse. Prenant son manteau, Dimitri reparti et je restais un moment sans bouger. Je ne pouvais rien faire. Si je ne voulais pas le décevoir, si j'espérais - stupidement certes – son pardon, je savais aussi qu'il n'était pas le chef d'un clan pour rien. Certaines rumeurs sont nées par des braises, par des feux, des incendies... Au fond de moi, quelque chose me disait qu'il serait capable de tuer cet homme et ça... Vraiment... ça me faisait peur.

Combien de temps je suis resté assis ? Je ne sais pas mais quand je me suis relevé, je suis parti me doucher puis je me suis habillé. Bien cette fois, pas à l'arrache, avec un t-shirt noir qui dévoilait une de mes épaules et un jeans taille basse. Je remis le foulard néanmoins mais pour cacher les marques des doigts plutôt que le manque de mon collier.

Ce sont mes pas qui m'ont traînés ensuite, plus que mes pensées, vers l'accueil. Sous le regard inquiet de l'hôtesse qui remarqua mon manque de jovialité, je cachais mon trouble sous un sourire et quelques compliments sur sa nouvelle coiffure. Une fois rassuré, je passais la discutions sur la trajectoire des clients pour obtenir l'information que je cherchais. J'eus la poitrine qui se gonfla davantage encore quand je m'aperçus que je le fis si bien... Il faut dire que ce n'était pas la première fois que je me servais de quelques bonnes paroles pour assouvir ma curiosité.

Apprenant que Mr Levallois était reparti – de façon inquiète d'ailleurs – je la remerciais avant de me glisser hors de l'établissement à mon tour. Je ne savais même pas encore, alors, ce que j'allais faire mais les ténèbres de la nuit qui m'engloutirent alors m'apaisèrent un peu. Mon regard s'aiguisa, me dévoilant chaque détail, et je relevais le regard vers la fenêtre du service de vidéo-surveillance avant de reprendre la marche. Je ne savais pas du tout ce que j'allais faire...
Dim 3 Juin - 23:06
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Date d'inscription : 13/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 4
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso5
Comp. Dissident//

Comp. Perso: Intimidation
Comp. Dissident:
Il n'avait pas fait un seul geste vers lui en le voyant tomber à genoux, tout comme il n'avait pas fait de remarque lorsqu'il l'avait vu sursauter à son coup dans le mur. Sa colère ne tombait pas et ça l'agaçait un peu plus rien que d'y penser. C'était sans doute pour cela qu'il avait préféré quitter la chambre après lui avoir fait une proposition. En plus de son pardon, il aurait alors un peu plus sa confiance et ça pourrait le préparer à rentrer chez les Sergeï plus tard. Parce qu'il n'en démordait pas, il le voulait dans le clan, à ses côtés. Bien sur, il ne l'enverrait pas sur des missions dangereuses, mais il le mettrait autant au bureau que sur le terrain. La nuit, Destian pouvait avoir une très grande utilité.

Se rendant donc dans la salle de vidéo surveillance, il observe les moindres fait et gestes de son favoris à travers l'écran. Le voyant s'être changé lorsqu'il sort pour rejoindre l'accueil. Discutant un moment, avant de quitter l'établissement. Et comme un réflexe, Dimitri se poste alors à la fenêtre. Il le voit en bas et ne doute pas que le jeune homme aussi l'a remarqué. Cigarette aux lèvres et le regard perçant.

-J'espère bien que tu ne me décevra pas..

Un murmure qu'il lançait plus pour lui même que pour Destian dont il ne voyait plus que le dos. Doucement, la colère était redescendu et il commençait à se calmer. Faisant alors vérifier les enregistrements de la soirée pour voir qui était ce voleur de bijou et surtout ce qu'il avait bien pu en faire. Ah mais, il le connaissait en plus.. Un habitué du bordel autant que du Night Club. Merde, il allait pas pouvoir s'en débarrasser comme ça. Mais, il trouverait bien une punition à la hauteur de ce geste déplaisant pour le boss.

Quittant finalement la pièce, il demanda à ce qu'on range la chambre de Destian, fixant alors longuement la jeune femme qui s'y attela. Celle ci laissait clairement son corps dévoiler les atouts qu'elle avait sous les yeux de Dimitri. Certainement voulait elle ses faveurs aussi. Rares étaient les fois où il choisissait un autre que Destian ici, restant relativement loyal à ses préférences. Mais, pour ne pas non plus attiser de trop la jalousie, il prenait une femme ou un jeune homme différents certaines fois.

Lorsqu'il se retrouva enfin seul, il s'installa dans le fauteuil près de la fenêtre et attendit patiemment le retour du jeune homme. Allait il lui ramener l'homme comme il lui avait demandé ? Ou allait il décevoir cette confiance qu'il aimerait lui laisser ? Le Sergeï finirait bien par le savoir tôt ou tard, parce que Destian n'avait pas d'autres endroits qu'ici. Et puis, c'était bien lui qui voulait récupérer le collier après tout. Bijou que Dimitri récupèrerait assurément.

_________________
Dim 3 Juin - 23:26
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 26/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 2
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso4
Comp. Dissident5

Comp. Perso: Maîtrise soin
Comp. Dissident: Vision
Le retrouver ne fut pas compliqué. Les hommes ont tendances à parler longtemps au lit, de choses importantes et d'autre moins. Quand je sonnais à son appartement, j'étais comme un spectateur de moi-même. Je me vis lui sourire, lui faire du charme, lui pardonner... Je me sentis finir dans ses draps, le poing serrant le pendentif qu'il avait gardé avec lui en partant, je le sentis ravis que je ne lui en veuille pas. Je revis mon corps trempé par la douche, sous sourire rassuré et comblé, ma fausse-vrai-mine fatigué en lui demandant de me ramener. Je me sentais tel un fantôme... Et mon dieu que j'avais honte de la façon dont j'utilisais alors mon corps. Moi qui n'avait pourtant jamais eue honte de donner du plaisir jusqu'à maintenant.

Quand je remontais les marches du bordel, j'étais seul, les mains dans les poches, le regards vide, la gorge sèche. Mr Levallois n'était pas loin, dans sa voiture, attendant que je "récupère des affaires pour venir vivre chez lui". Je ne pouvais pas. Dimitri ou pas, je ne pouvais pas lui laisser cet homme si je ne savais pas ce qu'il allait lui faire. Subir des coups, Si fata te vocant, j'y résisterais mais offrir quelqu'un en pâture... Non, je ne pouvais pas.

Ma main se posa sur la poignée de la porte. Et si je partais simplement ? Et ne revenais pas ? Ce serait si facile... Mais je ne pouvais pas. Je ne pouvais pas garder en dernière image le regard déçus de DImitri, je ne pouvais pas laisser mes parents seuls avec leurs faibles retraites, je ne pouvais pas quitter cet endroit dans lequel je me sentais bien.

Finalement j'ouvris la porte, posant mon regard un faible instant sur Dimitri qui était encore là, assis sur le fauteuil malgré la nuit qui commençait à s'affaiblir. Je ne sais pas pourquoi, furtivement, l'envie de lui mettre un plaid dessus pour qui se repose me traversa l'esprit. Une pensée bien vite chassé par la situation actuelle. Evitant son regard, je venais poser le bijou sur la table de nuit situé à ses côtés tout en gardant malgré moi une certaine distance. Me reculant, je lui fis tout de même face bien que je ne le regardais pas.

"Qu'allez-vous lui faire..."

J'avais besoin, je crois, qu'il me rassure... qu'il me dise juste qu'il va légèrement le réprimander sur le vol ou porter plainte de façon officiel aux autorités. Pourtant ces simples faits me semblaient si impossible, si extravagant. Pourtant, cette fois, ça me semblait plus important que ce qui pouvait m'arriver à moi. Dimitri devait pourtant le savoir, je n'avais rien d'un loup, d'un aigle ou d'un tigre... J'étais plutôt l'agneaux, le petit cochon, le doux chaton.
Dim 3 Juin - 23:55
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Date d'inscription : 13/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 4
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso5
Comp. Dissident//

Comp. Perso: Intimidation
Comp. Dissident:
Dimitri avait attendu. Ce n'était pas dans ses habitudes de patienter ainsi sans bouger, mais pourtant, il l'avait fait. Installé dans le fauteuil, il avait pourtant été prévenu d'un message sur son portable -pour que ce soit plus discret- de l'arrivée du fameux client en voiture avec Destian. L'homme savait donc qu'il rentrait avant même de le voir passer la porte. Tournant le regard vers lui, silencieux le temps qu'il dépose le bijou sur la table de nuit. Et puis ce murmure, cette question presque peureuse.

Le brun se leva de sa place et s'approcha, glissant ses doigts dans les cheveux de Destian et les portant à son nez. Il sentait le shampoing.. Donc, il avait utilisé son corps pour ramené le bijou et l'homme. Tenait il donc tant que cela à ce collier ? Silencieux encore un moment, il vint lui relever le visage et plongea dans ses yeux pour qu'il arrête de fuir.

-Est ce que tu souffres Destian ? Tu as mal d'avoir du m'obéir pour une chose que tu ne voulais pas faire ?

Il se penche un peu plus et souffle contre son oreille, tout bas, d'une voix presque suave.

-Veux tu fuir loin de moi ? Me quitter et que je ne te retrouve jamais ?

Ses doigts descendirent lentement dans sa nuque, la caressant avec une certaine douceur qui contrastait avec la brusquerie d'un peu plus tôt. Puis, il le relâche et va récupérer le bijou qu'il glisse alors dans sa poche de veste. Sans lui répondre, il quitta la chambre, passant sa main dans son dos sous le costume pour attraper son arme. L'enclenchant, il sortit alors du bordel et la chercha des yeux, cette voiture qu'on lui avait décrite par message. La trouvant à quelques mètres de là, il tira une première fois. Un pneu crevé. Une autre fois, une fenêtre brisée. Impossible pour l'autre homme de ne pas le reconnaître alors qu'ils échangèrent un regard. Et la voiture partit dans la rue dans un bruit désagréable. Roulant sur son pneu crevé pour s'éloigner sans risquer sa peau. Car qui ignorait encore que Dimitri était un bon tireur ? Surement bien peu de gens dans cette ville.

Rangeant son arme après y avoir remit la sécurité, il retourna dans la chambre pour attraper Destian par le bras et l'entrainer sur le lit. Le surplombant de son corps, il vint chercher ses lèvres plus férocement qu'habituellement. Mais plus passionnément que lorsqu'il l'avait embrassé de rage. Il mordilla un peu ses lèvres et glissa presque aussitôt sa langue contre la sienne. Avant d'y mettre fin et de souffler tout bas.

-Je t'interdis de le reprendre comme client. Est ce clair ?

Il devait bientôt partir, n'étant pas rentré de la nuit son frère se demanderait certainement encore où il était alors qu'il lui avait parlé d'une simple visite de courtoisie. Alors, il se releva du lit, y laissant Destian allongé. Attendant sa réponse.

_________________
Lun 4 Juin - 0:29
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 26/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 2
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso4
Comp. Dissident5

Comp. Perso: Maîtrise soin
Comp. Dissident: Vision
Je sentis  mon corps se tendre quand il se leva et s'approcha de moi afin de glisser ses doigts dans mes cheveux et en sentir le parfum. J'en redoutais une nouvelle remontrance pour avoir user de mes charmes mais cela n'arriva pas. Non, au lieu de ça, ses doigts glissèrent jusqu'à mon menton pour m'obliger à le regarder alors qu'il me demandait si j'avais mal.  

Je me demandais s'il entendait le cri affirmatif de mon cœur malgré mon silence.

Son visage dévia, ses lèvres se frayèrent un chemin jusqu'à mon oreille alors que sa voix, basse, presque suave me demanda si je voulais fuir, disparaître, loin de lui. Je mentirais sans doute si en effet, j'affirmais ne pas y avoir penser. Mais là aussi, je préférais rester muet. Je prenais ces questions pour des questions des principes, je ne doutais pas qu'il en sache déjà les réponses.

Ses doigts descendirent avec une douceur qui s'en trouva angoissante le long de ma nuque avant de quitter ma peau. Ses mêmes doigts récupérèrent le bijou qu'il glissa dans sa poche avant de s'en aller. Je n'avais aucun doute sur sa destination, surtout que j'avais pas oublier qu'il avait esquivé ma question et entraperçus du coin de l'œil son geste sous le costume. Serrant les poings, je ne pus m'empêcher de m'avancer jusqu'à la fenêtre pour vérifier ce qu'il allait se passer. Mais pourquoi dois-je donc être si curieux ! Je n'eus pas de mal à reconnaître la voiture, puis Dimitri. J'entendis les coups de feu, vit la vitre se briser, l'automobile partir en sale état et en trombe vers la première destination possible.  

Et il fallut que je sourisse. Comme un idiot. J'étais fière de lui. Vraiment, fière ! Je savais bien qu'il ne le tuerait pas ! Parce que j'en étais sûr, il avait fait exprès de le raté, je n'en doutais pas ! Ce n'était pas un tueur... Enfin peut -être que si mais pas devant moi ! Et pas devant le bordel ! Et pas devant témoins ! Et ça, ça représentait beaucoup pour moi ! Je savais très bien que Dimitri n'était pas complétement mauvais ! Il avait un grand cœur et pardonnait les gens, même s'il n'aimait pas l'avouer.

Quand il réapparu dans la chambre, le flingue ayant retrouvé sa place habituelle, il m'entraîna vers le lit ou il me surplomba. Ses lèvres volèrent les miennes de façon animale et possessive. D'un mordillement, il me les fit ouvrir pour plonger sa langue à la rencontre de la mienne et l'embarquer dans une danse passionnée. Je fus frustré quand il le rompit pour me souffler un ordre tout bas. Moi qui commençait à oublier tous les soucis de cette nuit...

Les premiers rayons du soleil commençaient à percer et je savais qu'il allait sans doute s'en aller, pour le boulot, son clan ou je ne sais quoi d'autre. Je ne voulais pas. Je voulais qu'il m'enserre dans ses bras et qu'il me rassure. Que malgré tout ça, je restais son favori d'ici. Et puis, se rendait-il compte au moins de l'envie que procure ce genre de baiser ?! Alors j'attrapais doucement les pans de sa veste, comme si cela pouvait le retenir, avant de hocher la tête.

"Promis."
Lun 4 Juin - 1:24
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Date d'inscription : 13/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 4
Endurance4
Charisme5
Comp. Perso5
Comp. Dissident//

Comp. Perso: Intimidation
Comp. Dissident:
Le sourire de Destian était un si beau cadeau en soit, il n'en offrait de véritable qu'à peu de personne et ça Dimitri l'avait bien comprit. Certainement que le jeune homme pensait qu'il n'avait pas tué ce client pour lui faire plaisir. Mais, il y avait bien d'autres raisons pour qu'il ne l'ait pas fait au final.

Le jour commençait à se lever et il lui avait donné un baiser pour marquer sa possessivité envers ce petit favoris qu'il ne renierait donc pas ce soir. Bien sur, il comprenait le geste de son amant lorsqu'il retint les pans de sa veste pour ne pas le laisser partir. Mais, il ne pouvait rester plus longtemps, il n'avait déjà que trop tardé et il avait bien des choses à faire de son côté.

-Je repasserais bientôt, sois sage en attendant.

Des paroles un peu plus douces et un dernier baiser qu'il posa chastement sur ses lèvres. Dimitri lui fit lâcher son vêtement et se releva donc du lit cette fois. Une caresse sur la joue de Destian, comme pour le rassurer. Ses doigts venant tirer un peu sur le foulard pour observer les marques rouges de sa main, les caressant un instant. Et finalement, il récupéra son manteau qu'il passa sur ses épaules, replaçant son chapeau sur sa tête.

-Je suis garé de l'autre côté de la rue, en face de ta fenêtre.

Une précision pour lui permettre de le suivre des yeux jusqu'à sa voiture s'il le voulait. Quittant alors la chambre, puis le bordel. Il se détourna une demi seconde pour apercevoir Destian et lorsqu'il fut dos au garçon derrière sa fenêtre, le Sergeï esquissa un léger sourire satisfait. Ca viendrait. Petit à petit, il brûlerait cette innocence et alors son tendre favoris le rejoindrait. C'était presque une certitude. Jamais il ne choisirait de le trahir pour aller chez les Lee, n'est ce pas ?

Dimitri alluma une autre cigarette tout en montant au volant de sa voiture, un dernier regard vers la fenêtre et le voilà qui démarre pour rentrer à son appartement. Il devait aller voir Aldrin, lui dire qu'il avait eut un imprévu. Le réconforter parce qu'il devait certainement s'inquiéter du manque de nouvelles. Prendre une douche aussi et se reposer quelques heures avant de devoir reprendre le QG d'assaut pour de nouvelles missions. Journée chargée en perspective. Mais, c'était devenu une habitude pour lui. En plus, il devait se préparer pour cette soirée qui aurait bientôt lieu dans le grand hôtel de la ville..

_________________
Lun 4 Juin - 1:38
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sato's Pleasure-
Sauter vers: