Bienvenue

NC-16
RPG Gangster - Futuriste
Avatars manga/illustrations
Minimum 10 lignes rp

Période de Jeu

Nous sommes au mois de juin.
C'est actuellement l'été et la température est d'à peu près 27 C°.

Effectifs

Nous avons 9 hommes et 2 femmes. 4 dissidents se cachent parmi eux.
Clan O'Neil x 3 membres
Clan Lee x 2 membre(s)
Clan Sergeï x 2 membres
C.C.P.D x 2 membre(s)
Civils x 2 membres

En cours

Intrigue n°1 : Disparitions inquiétantes

News

12/02/2017 : Création du projet Cyber City
07/05/2018 : Ouverture du forum !
Code par MV/Shoki - Never Utopia



 

Who let the dogs out ? || Ft. Eva

 :: Night Club Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 125
Date d'inscription : 18/02/2017

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 5
Endurance3
Charisme4
Comp. Perso6
Comp. Dissident //

Comp. Perso: Mécanicien
Comp. Dissident: //
Acte I
La nuit, à peine éclairée par les néons. Les lumières vives, rose, bleu ou violet qui illuminent tour à tour les environs, puis qui se lancent dans une ronde de flashs sans fin. Et puis, il y a la musique qui résonne autour de vous, autour de cette foule qui se presse près des portes. Forte, puissante, elle t'enivre presque tout autant qu'une bonne dose de crack, davantage encore que l'adrénaline qui envahit tes veines lors de ces petits moments de panique qui animent ton quotidien. Une brève seconde, tu ferme au trois quart les paupières, profite de la légère brise qui agite quelques unes de tes mèches sombres. Un court instant, c'est le silence. Tu ne vois plus, tu n'entend plus. Tu inspire longuement... Expire. Puis de nouveau tes paupières s'ouvrent et tu laisse un bref sourire étirer tes lèvres alors que tu fais un pas de plus, te menant jusque devant le vigile planté en plein milieu des marches. Tu sens presque aussitôt son regard couler sur toi. Malgré l'ambiance et le bruit sourd des baffes à l'intérieur, tu pense même entendre son grognement quand il comprend qui tu es, ce que tu représente. On aurait pu croire qu'il te virait aussi sec, pourtant, il prend le temps de te scruter en long, en large et en travers, zieutant ton pantalon noir et ton haut tout aussi sombre, zébré de fines coupures qui laissent entrevoir ton torse, d'un mauvais œil. Contre toute attente, il te laisse pourtant entrer, te faisant un bref et sec mouvement de la tête pour te faire signe que c'est ok, que tu peux te mêler aux invités.

Alors sans te faire prier, tu pousse les portes du Night Club. Une bouffée d'air moite t'accueille, faisant aussitôt grimper la température. Tu n'es pourtant que peu couvert, c'est bien l'une des choses sur lesquelles tu as insisté quand John a voulu te relooker pour ta sortie, en prétextant qu'un pantalon plein de graisse et qu'un t-shirt trop usé ne serait pas suffisant pour te faire entrer. Ce n'était pourtant pas comme si toute ta penderie n'était constituée que d'affaires trop sales... Mh. Attrapant les pans de ta veste pour la replacer correctement, tu t'engouffre finalement à l'intérieur, ton regard glissant sur l'assemblée de danseurs qui se pressent et se mêlent sur la piste avant de remarquer quelques silhouettes chaloupées près du bar. Dans ton élan, tu te dirige vers ce dernier, grimpant la petite estrade qui le constitue pour aller te poser sur l'un des tabourets flottant. L'assise est sans doute bien plus confortable que celle des sièges que l'on retrouve au QG, mais en même temps... Il fallait s'y attendre. Chez les Sergeï, on avait bien plus de moyens qu'ailleurs. La grande villa de Dimitri était d'ailleurs probablement bien plus luxueuse que celle du maire actuel de Cyber alors... Il n'y avait rien d'étonnant la dedans, en soit.

Brièvement, tu passe tes doigts dans tes cheveux, un vague soupire t'échappant. Sans un regard pour le reste, tu te tourne vers la jolie barmaid qui depuis plus de trois heures s'affiche avec pour seul vêtement un body en dentelle noir, bien trop échancré pour ne rien dévoiler, et une paire de cuissardes assorties. Sans pouvoir véritablement t'en empêcher, tu arque brièvement un sourcil. Ça ne devrait pourtant pas te surprendre, tu sais très bien que les Sergeï font régulièrement tourner leurs filles entre leurs bars et leur maison close... Pourtant, tu trouverais ça presque trop osé. Mais tu ne dis rien, tu te contente de commander un de ces cocktails frappés qui fait la fierté du Night Club, remerciant brièvement la nana qui dépose ton verre juste devant toi avec un large sourire, se penchant volontairement au passage pour t'offrir un décolleté plongeant et ainsi t'inciter à payer un autre verre plus tard.

Bien vite pourtant, tu détourne le regard, pour t'empêcher d'y plonger davantage le regard ou parce que le destin t'y poussera, tu n'en sais foutrement rien mais toujours est-il que ça te permettra de la remarquer elle, dans la foule des danseurs, au bord de la piste. En train de se déhancher au rythme de la musique, tu croise un bref instant son regard et alors tu en oublie presque aussitôt ce qui t'a amené ici, en plein territoire ennemi. Sans même réfléchir, tu vide ton verre de moitié, le laissant là, sur le comptoir avant de te lever pour la rejoindre. Plus tu t'en approche et plus tu remarque tout ces petits détails qui t'avaient échappé lors de ta première impression. Typé asiatique, elle a cette longue chevelure brune et d'agréables formes qui donnent une certaine harmonie au tout. Son regard sombre semble plonger dans le tien et y lire comme dans un livre ouvert, pourtant c'est sans crainte que tu t'en approche, que tu viens danser tout contre elle, un sourire aux lèvres. Pourvu que cette merveille ne soit pas chez les Sergeï...
Who let the dogs out ?
Mar 8 Mai - 19:40
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 194
Date d'inscription : 01/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 2
Endurance5
Charisme5
Comp. Perso6
Comp. Dissident//

Comp. Perso: Hacker
Comp. Dissident: //

Who let the dogs out ?



Les basses font vibrer l’air, raisonnant dans la cage thoracique des danseurs comme si leurs cœurs se synchronisaient avec la musique. Eva fait partie de ces gens sur la piste de danse que la musique et le jeu de lumière mettent dans une douce transe. Un léger sourire aux lèvres, la jeune femme danse, son corps se mouvant en suivant le rythme de la musique.

Ah le night-club, un endroit parfait pour se vider la tête, boire un verre et danser jusqu’au matin. Un peu sélect, le videur a ses têtes il parait, mais une fois entré on comprend pourquoi. On voit bien que ça appartient aux Sergeï, le cadre est beau, luxueux, et les services à la hauteur de la réputation de l’établissement. Et il ne s’agit là de ne parler que des boissons et de l’hygiène des lieux, pas de la jolie barmaid qui semble porter une double casquette, comme les danseuses d’ailleurs… Oui Eva sait ce qui est moins joli et qui se cache derrière la façade de la boite de nuit. Mais outre le fait que notre jeune hackeuse aime s’enivrer d’alcool et de musique, cet endroit est toujours une superbe source d’informations, les hommes sont tellement plus bavards après quelques verres et une danse. C’est bien connu, le savoir c’est le pouvoir. Aussi Phoenix fait en sorte d’en savoir un maximum, sur à peu près tout et tout le monde. Mais il est vrai que les Sergeï, nouveaux amis de son géniteur, sont un sujet intéressant. L’idée est d’en trouver un, pas trop bas dans la hiérarchie pour qu’il ait des choses à raconter, mais pas trop haut non plus pour ne prendre aucun risque. Après tout il ne faudrait pas que quelqu’un la relie à Monsieur Olson où tout deviendrait très compliqué. Quoi que parfois, pour entrer dans certains lieux, donner son ancienne identité peut aider… Mais pas ici.

Ici c’est juste Eva, une habituée du night-club. La jeune femme n’a eu aucun mal à entrer d’ailleurs, malgré sa tenue assez banale. C’est avec un petit sourire et un signe de tête que le vigile lui a fait signe de passer, reconnaissant au premier coup d’œil l’asiatique. Cette dernière lui a répondu par un sourire et un clin d’œil ravi. Et sans se soucier des gens qui s’offusquent de sa tenue elle est entrée. Posant ses fesses couvertes d’un petit short noir sur un des tabourets du bar. Ses pieds ne sont pas chaussés d’escarpins mais de bottines noires, en cuir, peu féminines mais totalement dans son style. En haut un top sans manches, noir, dos nu pour laisser voir le dragon jusqu’au creux de ses reins, quelques filaments retenant les pans du tissus, devant le tissus est près du corps, légèrement coqué au niveau de la poitrine pour palier à l’absence de soutien-gorge. Après un verre la voilà sur la piste de danse.

Et c’est alors qu’elle cherche quelqu’un avec qui danser et à qui soutirer quelques informations ou juste pour passer un bon moment qu’elle le voit. Il se pose au bar, commande un verre, ils ne se sont jamais croisés mais Phoenix reconnait le leader des O’Neil. Venir ici est sacrément culotté de sa part et attise la curiosité du hacker, c’est un sacré gros poisson qu’on a là ce soir. Et on ne va pas se mentir, c’est actuellement le mec le plus attirant qu’elle a croisé ce soir. Les yeux gris d’Eva croisent ceux du mécano, il semble de suite captivé, vide la moitié de son verre et se dirige vers elle.

Décidément, pour la jeune femme c’est le jackpot, un homme séduisant, et dont il doit y avoir des tas de choses à apprendre. Elle a une longueur d’avance en sachant qui il est. Mais s’abstient de tout commentaire. Souriant en coin quand il vient tout contre elle danser. Il est grand, et ce torse, aucun doute qu’il s’entraine dur pour maintenir cette silhouette. A côté Eva semble être une petite chose fragile, mais son regard n’a rien de celui apeuré ou craintif d’une proie, non, les iris gris s’embrasent d’une flamme prédatrice. Se tournant dos à lui, ignorant les mèches de son chignon retenu par une pique qui doivent lui chatouiller le torse, elle danse, ses hanches se mouvant au rythme de la musique tout contre lui. Peu de temps après, la voilà contre lui, son regard posé sur le sien, les mains sur son torse profitant de sa musculature, ses hanches bougeant sous ses grandes mains de manière terriblement sensuelle tandis que leurs souffles se mêlent.


Jeu 10 Mai - 20:57
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 125
Date d'inscription : 18/02/2017

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 5
Endurance3
Charisme4
Comp. Perso6
Comp. Dissident //

Comp. Perso: Mécanicien
Comp. Dissident: //
Acte I
Si tu ne l'avais pas déjà endormi par quelques verres avant de te jeter dans la gueule du lion, ton instinct te soufflerait sans doute que ce n'est pas là la meilleure chose à faire que de te perdre dans ce sombre regard, que de laisser tes iris plus clairs couler le long de ses formes généreuses et pulpeuses, à peine cachées par le tissus de quelques vêtements, que tu ne vois d'ailleurs presque pas tant tu te retrouve absorbé par ces quelques mèches de cheveux qui viennent chatouiller ta poitrine tandis que ses hanches ondulent sous tes mains. Elle te fascine, d'aucun dirait qu'elle a d'ailleurs un véritable pouvoir d'attraction sur ta personne, sans doute trop intense pour être naturel... On pourrait presque croire que ce n'est qu'une vague illusion, que d'un quelconque battement de cil, elle te charmerait comme elle le ferait avec n'importe qui d'autre, que cette... Délicieuse et merveilleuse petite chose cache un terrible pouvoir, une arme redoutable alors qu'en fait, c'est plus communément ce qu'on appelle le coup de foudre. Ce soudain et brusque changement du rythme du cœur, ce petit moteur à l'échelle humaine, qui accélère, parfois jusqu'à vous faire perdre haleine, et qui vous électrise au passage, vous fait ressentir ce drôle de sentiment qui, inexorablement, vous fait vous sentir fébrile, incapable de lutter... Ce n'est pas non plus comme si tu avais vraiment envie de le faire non plus. Parce qu'elle est terriblement tentante, tu te laisse guider, continue de danser tout contre elle au rythme de la musique, sans plus faire attention aux sons qui résonnent.

Tandis que son souffle se mêle étroitement au tien, que vos regards se croisent et s'affrontent, tu laisse un lent sourire étirer tes lèvres alors que sans même véritablement t'en rendre compte, tes yeux parcourent déjà ce corps taillé, il semblerait, pour se déhancher voluptueusement sur cette piste de danses, entre les silhouettes qui se pressent les unes aux autres à la recherche de perdition, d'une ambiance trop importantes pour penser à l'horrible vérité de la vie qui les attends à l'extérieur. Toi-même, tu te sentirais presque ailleurs, trop loin d'ici, de Cyber City, alors que ses doigts semblent naturellement trouver leurs place sur ton torse, effleurant parfois ta peau quand ils passent par dessus les zébrures de ton t-shirt, laissant entrevoir ta peau légèrement hâlée. Presque aussitôt, tu te penche vers elle, alors que tes propres mains se resserrent vaguement autour de ses hanches, comme pour davantage l'attirer à toi, ou pour l'empêcher de fuir qui sait, alors tu laisse ton souffle chaud courir contre son cou, que tu dévorais bien à l'instant, et puis tu murmure, tu susurre comme si la musique n'existait même pas.

«Je crois que je n'aurais pas pu rêver meilleure soirée...»

Tu laisse ces quelques mots t'échapper et malgré l'ambiance bruyante de la soirée, tu sais qu'ils lui sont parvenus alors tu souris en coin de plus bel en te redressant et en plantant ton regard dans le sien, la musique laissant place à d'autres sons, d'autres rythmes tandis que tu jette finalement un coup d’œil vers le comptoir où ton verre, resté posé sur le comptoir, semble être le centre d'attention de la jolie barmaid à moitié nue qui scrute distraitement autour d'elle avant d'y glisser un discret comprimé, s'éloignant vers d'autres clients mais rapidement rejoint par l'un des hommes de main Sergeï qui arpente constamment les recoins du Night Club, cherchant visiblement à s'assurer que les filles de la maison fassent correctement leur travail. Mais tu ne dis rien non, et même, tu souris brièvement avant de rapidement reporter ton regard sur la jolie asiatique qui occupe désormais toutes tes pensées.

«Peut-être qu'on pourrait aller prendre un verre ailleurs...?»

Oh oui, tu l'espère même si tu sais au fond de toi que tu n'es pas la pour ça, qu'il vaudrait mieux plutôt que ton acolyte Valérian ne le sache pas, que Léo ne l'apprenne jamais. Ca risquerait de chauffer dans les quartiers O'Neil pourtant, tu accepte bien de prendre ce risque en l'invitant à continuer la soirée ailleurs, chez elle tu l'espère parce que ce n'est pas vraiment chez toi que tu pourras l'emmener alors...
Who let the dogs out ?
Sam 19 Mai - 13:28
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 194
Date d'inscription : 01/05/2018

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 2
Endurance5
Charisme5
Comp. Perso6
Comp. Dissident//

Comp. Perso: Hacker
Comp. Dissident: //

Who let the dogs out ?



Hypnotisé, voilà de quoi il a l’air. Son souffle dans son cou, son regard qui tantôt soutient le sien, tantôt court sur son corps. Eva frissonne, qui aurait cru que Bradley O’Neil la dévorerait ainsi des yeux un jour, les mains avidement posées sur ses hanches. Alors elle aussi se laisse griser et perd un peu de vue l’objectif initial de sa soirée. Quoi que le chef de clan O’Neil pourrait lui aussi lui apprendre plein de choses… Bien que s’exposer devant une personne aussi influente n’était pas sans risques pour le Phoenix. Mais peu importe, l’adrénaline qui se met à pulser dans ses veines rend les basses et la chaleur encore plus grisantes…

Il est grand et bien fait, c’est indiscutable, ses doigts glissent sur son haut, profitant des coupures pour effleurer sa peau, devinant la musculature de son torse malgré le tissu. Le souffle contre l’oreille et le murmure lui arrachent un nouveau frisson. Il fait chaud ici ce soir non ? Où alors ça ne vient pas des autres… mais de lui. Un sourire en coin se dessine sur les lèvres de la jeune femme. Se hissant sur la pointe des pieds elle vient laisser sa langue glisser sur le lobe de l’oreille de son cavalier, soufflant pour lui seul.

« - Je ne m’attendais pas non plus à ce que la soirée tourne ainsi… »

Ses dents inoffensives se referment doucement sur l’oreille avec un léger rire. Eva se laisse glisser le long de son torse en reposant ses pieds à plat au sol. Son regard gris suit celui du chef de clan, le geste de la serveuse ne lui échappe pas. Ah il fallait bien se douter qu’elle ne serait pas la seule à le reconnaitre et que les Sergeï tenteraient quelque chose. La demoiselle hausse un sourcil à la proposition du chef O’Neil.

« Dit donc… tu perds pas de temps… j’aurais bien bu et dansé un peu plus avant qu’on aille ailleurs… Mais je suppose que c’est prévisible quand on se retrouve ici avec le patron O’Neil… »

Elle lâche l’information, il sait maintenant qu’elle l’a reconnu, en même temps son visage n’est pas inconnu de grand monde… Elle attrape sa main et le tire derrière elle, un sourire en coin sur les lèvres.

« Suis moi… Fais-moi confiance. »


Elle l’entraine vers la sortie dans le petit couloir y qui mène, il y a des gens qui surveillent. Eva plaque son partenaire au mur et l’embrasse avec fougue, l’incitant discrètement en baisser sa main de sa taille vers ses fesses, les doigts de la jeune femme se glissent sous le haut de l’homme. Elle n’a pas assez bu pour se comporter ainsi, il l’a sûrement compris durant leur danse, enfin elle espère qu’il n’est pas trop lent à la détente. Le vigile détourne un peu les yeux comme prévu, sans trop s’attarder sur le visage de l’homme ayant la chance d’avoir trouvé une jolie fille peu frileuse. Ainsi, ils passent pour deux jeunes gens en chaleur, et non pour le chef de clan O’Neil cherchant à fuir avec une complice. Après avoir couvert son cou de baiser avides elle souffle à son oreille.

« Joue le jeu… comme ça il ne verra pas ton visage… »

Et ainsi ils gagnent la sortie. Puis Eva l’entraine dans une rue un peu plus loin où sa moto l’attend.

« - Je suppose qu’avec ton visage t’es fiché partout et que boire dans un autre bar va être compliqué… et que tu ne comptes pas m’emmener chez toi… Alors… je supposes que tu veux venir boire un verre chez moi ? »

Elle pose ses fesses sur la selle de la moto pour s’y appuyer et le regarde, attendant de voir s’il veut venir ou non. Se doutant bien de quel genre de fin de soirée il veut pour lui avoir fait ce genre de proposition. Eva n’est pas naïve, et l'idée lui plait.



_________________
Mar 29 Mai - 18:20
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 125
Date d'inscription : 18/02/2017

Compétences
En Action:
En ActionNiveau
Force 5
Endurance3
Charisme4
Comp. Perso6
Comp. Dissident //

Comp. Perso: Mécanicien
Comp. Dissident: //
Acte I
C'est qu'il commence à faire rudement chaud par ici... Pour un peu, ce serait presque trop mais... Tu sais que cette chaleur là, elle ne s'éteint que par l'assouvissement des sens, Brad. Tu le sais, alors qu'elle s'intensifie encore tandis que tes doigts courent distraitement sur ses hanches, que ton regard s'attarde probablement un peu trop sur ses formes généreuses, à portée de main... A portée de tes lèvres alors qu'elle se hisse sur la pointe des pieds, se rapproche encore. Que son buste vient s'appuyer contre ton torse et qu'elle fait volontairement monter la température en jouant de sa langue sur le lobe de ton oreille, ce qui t'arrache un violent frisson au passage. Alors lentement, tu laisse un large sourire étirer tes lèvres, fermant brièvement les paupières sans plus te préoccuper du verre que tu n'as qu'à moitié entamé et qu'un autre finira bien par terminer, comme si ce simplement battement de cil plus long que les autres suffiraient à prolonger l'instant, et puis tu les rouvre alors que la belle accélère les choses en venant te taquiner du bout des dents. Pour peu, tu l'emporterais bien, loin d'ici, loin de tout, dans un recoin calme à l'abri des regards que certains vous jettent, presque intéressés, presque malsain... Pourtant, tu semble soudainement hésiter quand ton nom s'échappe d'entre ses lèvres, c'est presque trop étrange, et même si tu sais que ton visage n'est pas inconnu dans le milieu, un instant tu te dis que c'est trop grossier. Et puis alors, tu comprends. Si elle vend la mèche, c'est qu'elle n'a probablement rien à gagner à te la cacher. Et dans un sens, c'en est presque rassurant. Alors tu te laisse entraîner, sans vraiment te départir de ton sourire, tes doigts glissés entre les siens. Tout en espérant que tu ne fais pas la plus grosse erreur de ta vie.

«Disons que je ne suis pas certain qu'on me laisse rester davantage...»

C'est tout ce que tu laisse échapper alors qu'elle t'emporte loin de la piste de danse, jusqu'à ce mince couloir où elle te plaque contre le mur alors que ses lèvres viennent se presser avidement contre les tiennes. Ce baiser, tu le lui rend avec autant de fougue, tes doigts se glissant entre quelques unes de ses mèches de cheveux, même si tu sais que c'est uniquement pour jouer le jeu, que c'est pour cacher ton départ aux regards un peu trop vif qui pourraient te chercher. Alors tu en profite, et tu viens même emporter sa langue dans un fougueux ballet avec la tienne tandis que tes mains descendent jusqu'à empoigner ses fesses fermement. Frémissantes, tes lèvres trouvent rapidement le chemin de sa gorge, que tu couvre de baisers pressés, ton souffle s'attardant contre son cou alors que tu souris en coin en l'entendant.

«Pas besoin de me le dire deux fois...»

Sans la relâcher, et tout en continuant ton manège, tu la suis jusqu'à l'extérieur, où tout s'arrête, tandis que vos pas vous mènent jusqu'à une rue un peu plus loin. Elle se laisse tomber sur la selle de sa moto, se tourne vers toi et t'arrache un autre bref sourire alors que tu passe tes doigts sur ta nuque.

«On ne peut rien te cacher.»

C'est tout ce que tu laisse tomber alors que toi-même, tu viens te poser sur la selle en cuir d'une autre moto, garé juste à côté de celle d'Eva... La tienne, en l’occurrence, alors que tu sors tes clés, tapotant distraitement la belle machine que tu entretiens depuis des lustres. C'est sans doute l'un des plus vieux modèles qu'on trouve encore en circulation, mais elle est décidément bien trop efficace pour que tu la laisse pourrir dans un coin, alors tu en prends bien soin. Un peu trop sans doute aux yeux des autres. C'est qu'il faudrait être du milieu pour comprendre l'adoration que tu peux porter à ce véhicule.

«Je te suis...?»

Et alors dans la nuit, vous vous échappez tous les deux, slalomant entre les voitures, appréciant la liberté qu'une telle escale peut offrir.  
Who let the dogs out ?
Lun 4 Juin - 9:13
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Night Club-
Sauter vers: